Moi et Bayrou

Publié le par Segolhaine Royal

Ce qui a été dit avant sur François Bayrou (trouvé sur le site se Ségo démago !!) :

[15/04/07]
Ségolène Royal est revenue sur les propos de Michel Rocard et Bernard Kouchner sur Radio J.

"J'avoue qu'on ne m'aura pas épargné grand chose en effet dans mon camp. Peut-être qu'on me fait payer une certaine forme de liberté.

Un certain nombre de personnalités au sein du PS n'ont jamais accepté ma désignation par les militants.

Cela ne m'aide pas. Mais je me dis de façon optimiste que c'est le prix de ma liberté et que finalement cela prouve que j'ai beaucoup de résistance, de constance
".

Ségolène Royal a réaffirmé que la présidentielle était fondée sur "un lien direct entre une personne et le peuple français.

Je ne suis pas pour les petits arrangements avant le vote, dans le dos des électeurs. Entre les deux tours la majorité présidentielle se construira avec tous ceux qui viendront autour de moi.

C'est la logique de l'élection présidentielle.

J'attends sereinement le vote du premier tour et avec impatience la confrontation entre les deux tours pour que, cette fois-ci, les Français ne soient pas privés d'un véritable choix politique.

J'observe que François Bayrou n'a pas de programme et qu'il n'a pas d'équipe et qu'il fait des appels d'offre. Il tente de débaucher un certain nombre de socialistes sans succès.

Comment se fait-il qu'un homme politique ait assez peu de convictions, soit assez faiblement structuré qu'il puisse avouer aux électeurs qu'il ne défendra pas les mêmes idées et le même programme selon qu'il sera face au candidat de droite ou face au candidat de gauche
".



[27/02/07]
A nos yeux, François Bayrou n'est qu'une variante de la droite française.

Jack Lang et Michel Sapin s’expriment sur le programme du candidat UDF.

Jack Lang estime qu’"Il n'y pas trois projets de société" dans cette campagne mais "deux projets", celui "incarné par Ségolène Royal, candidate du changement" et "celui du candidat du gouvernement sortant, de l'UMP, Nicolas Sarkozy".

"A nos yeux, François Bayrou n'est qu'une variante de la droite française", "il a toujours été ancré à droite", et "ce qu'il propose sur le plan économique et social c'est une ligne de droite".

Michel Sapin, accuse François Bayrou de faire "plus de promesses" que d'autres candidats.

Il prend l'exemple de la "proposition phare" du candidat UDF sur la possibilité pour les entreprises de créer deux emplois sans charge. Or cette mesure, qui concerne toutes les entreprises de "manière indifférenciée" indépendamment de leur taille, a déjà été expérimentée "dans les années 1993-1995" et s'est révélée "massive, coûteuse et inefficace. 90% des emplois crées l'auraient été sans cette mesure »

Quant aux propositions de François Bayrou sur la fiscalité, elles sont "identiques à celles de Nicolas Sarkozy", notamment sur l'ISF qu'il "veut vider de son contenu" et sur "les droits de succession".

Le secrétaire PS à l'Economie, qui ne veut "pas entrer dans une querelle de chiffres avec le candidat UDF", dénonce le "coût" de ses propositions dont le financement ne peut provenir de mesures comme "la réduction du budget de l'Elysée" - qui ne permet tout même pas un "gain de 9 milliards".

Dès lors, c'est à "une réduction du nombre de fonctionnaires" en particulier "des d'enseignants" que François Bayrou procéderait.


[23/02/07]
Les propositions précises de François Bayrou ne sont que la pâle copie de celles de Nicolas Sarkozy. Jack Lang, Michel Sapin et Didier Migaud réagissent aux propositions de François Bayrou.

Jack Lang, conseiller spécial de Ségolène Royal, a demandé à tous les socialistes d'avoir sur François Bayrou une "parole commune".

"Ceux qui imaginent que Bayrou pourrait franchir le premier tour se mettent les doigts dans l'oeil, c'est une histoire à dormir debout".Il "est une variante de la droite française", et toute "complaisance" à son égard doit être "étrangère à la campagne" socialiste. "Il ne faut pas entretenir la moindre confusion".

Pour Michel Sapin, la ressemblance de François Bayrou à Nicolas Sarkozy est frappante: "Tout comme Nicolas Sarkozy, François Bayrou fait l'impasse sur la question du pouvoir d'achat et sur l'évolution des salaires et revenus. Tout comme Nicolas Sarkozy, François Bayrou propose davantage d'heures supplémentaires aux salariés qui travaillent déjà au détriment des salariés à temps partiel qui cherchent à travailler plus, ou des chômeurs qui souhaitent tout simplement travailler."

"Tout comme Nicolas Sarkozy, François Bayrou propose des exonérations de cotisations massives et indifférenciées" et "propose de ne pas toucher aux réformes fiscales injustes de ces dernières années, et même de les aggraver". Il "partage la même volonté d'abaisser fortement, jusqu'à les vider de leur contenu, l'impôt sur la fortune et l'impôt sur les successions".

Le secrétaire national à l’économie estime enfin que le candidat de l'UDF "propose bien peu de politiques nouvelles pour préparer l'avenir". "Au-delà des paroles, au-delà des discours, les propositions précises de François Bayrou ne sont que la pâle copie de celles de Nicolas Sarkozy".

Le député Didier Migaud , conseiller budgétaire de Ségolène Royal, souligne "l'absence d'ambition et de volonté" dans les propositions économiques présentées par le candidat UDF.

"A vouloir jouer au « plus crédible que moi tu meurs », François Bayrou ne porte qu'un discours de la résignation, et de l'absence d'ambition et de volonté", Pour le député de l'Isère, les propositions du candidat de l’UDF "ne sont qu'une compilation incohérente de pâles copies des propositions déjà faites par les autres candidats", François Bayrou "est pris en flagrant délit de mensonge, quand il déclare que les socialistes proposeraient d'augmenter les prélèvements obligatoires".

"Le candidat de l'UDF n'a le monopole ni de la vérité ni de la responsabilité, lui qui a soutenu les cadeaux fiscaux décidés jusqu'en 2005 par l'UMP. Il est le candidat du flou et de la résignation". 

[21/02/07]
Gagner dans la clarté commence par la reconnaissance des identités politiques. Ségolène Royal demande à François Bayrou de clarifier ses positions.

"François Bayrou dit qu'il n'est ni de droite, ni de gauche, je respecte cette position. Mais je regarde ce qui se passe dans les collectivités territoriales, la réalité des choses, dans les communes, les départements, les régions, jamais les élus de l'UDF ne viennent conforter des majorités de gauche, même lorsque les décisions prises sont bonnes pour l'avenir des territoires, sont intelligentes. J'aimerais bien que les élus de l'UDF viennent m'aider pour servir l'intérêt général de la région".

Ségolène Royal estime que "seule l'union des forces de progrès peut permettre de battre la droite" et qu’il ne faut pas "brouiller les cartes" de l'élection présidentielle. "Il faut gagner, et gagner dans la clarté commence par la reconnaissance des identités politiques. Il ne faut pas dissimuler d'où l'on vient".

Elle souligne qu'il n'y a de son côté "aucune ambiguïté" car elle est une "élue socialiste depuis quatre mandats" et à la tête d'une région "au nom d'une majorité réunissant toute la gauche".

La candidate socialiste a assure que "ceux qui se disent ni de droite ni de gauche" ont "toujours fini par tomber du même côté. Il est temps de faire cesser cette confusion molle et de mettre la vérité devant. La vérité, c'est d'abord la politique par la preuve".


[20/02/07]
Toute voix qui ne se porterait pas sur Ségolène Royal est un suffrage gagné par Nicolas Sarkozy, en tout cas perdu pour la gauche. Jack Lang met en garde les électeurs de gauche sur le candidat Bayrou.

"Quels que soient ses contorsions, ses embrouillaminis, ses risettes aux uns et aux autres, François Bayrou est une variante de la droite", a déclaré le conseiller de Ségolène Royal au cours du point de presse au Parti Socialiste.

"Ne vous laissez pas abuser, ne vous dispersez pas, ne vous égarez pas. Il faut écraser Nicolas Sarkozy et la seule solution, c'est une Ségolène Royal qui arriverait au 1er tour avec un haut niveau de suffrages".

Pour le conseiller de Ségolène Royal, "toute voix qui ne se porterait pas sur Ségolène Royal est un suffrage gagné par Nicolas Sarkozy, en tout cas perdu pour la gauche".

Il s’interroge sur "ce que ferait François Bayrou entre les deux tours" :"Négociations, discussions, et il conclurait un accord avec Nicolas Sarkozy. C'est la pente naturelle, la pente normale, on ne peut pas y échapper de même que la gauche a ses fondamentaux".

Jack Lang fait valoir que "le centre n'a aucune chance de jamais gouverner la France. C'est un combat voué à l'échec".

L’ancien ministre revient ensuite sur la prestation de Ségolène Royal sur TF1 "Nous nous réjouissons du succès considérable de Ségolène Royal" à l'émission "J'ai une question à vous poser".

Il salue sa "présence forte, humaine, concrète et crédible".

Il rappelle qu’il s’agit d'"un record d'audience d'une émission politique depuis quinze ans".

"Aucun d'entre nous ne doutait qu'elle réussirait" cet exercice, conclut Jack Lang.

ELECTEURS DE FRANCOIS BAYROU, NE VOUS TROMPEZ PAS D'ENNEMIS !! C'EST LE PS VOTRE ENNEMI. ILS PROMETENT POUR ETRE AU POUVOIR MAIS ILS NE TIENDRONT PAS COMPTE DE VOS IDEES...

Publié dans Moi Ségolène...

Commenter cet article